Wiki d'Albakham

Pleins d'infos utiles

Outils pour utilisateurs

Outils du site


wiki:pourquoi-le-libre

Pourquoi le (logiciel) libre ?

Tout d'abord il est important de s'accorder sur la définition de “logiciel libre”. La Free-Software-Fundation nous en offre une qui décrit parfaitement ce qu'est le logiciel libre et sa philosophie…

Qu'est-ce que le logiciel libre ?

Définition du logiciel libre

« Logiciel libre »désigne des logiciels qui respectent la liberté des utilisateurs. En gros, cela veut dire que les utilisateurs ont la liberté d'exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer ces logiciels. Ainsi, « logiciel libre » fait référence à la liberté, pas au prix (pour comprendre ce concept, vous devez penser à « liberté d'expression », pas à « entrée libre »). Pour bien montrer qu'il ne s'agit pas de gratuité, nous utilisons quelquefois en anglais l'expression libre software, qui emprunte au français ou à l'espagnol.

Nous faisons campagne pour ces libertés parce que chacun les mérite. Avec ces libertés, les utilisateurs (à la fois individuellement et collectivement) contrôlent le programme et ce qu'il fait pour eux. Quand les utilisateurs ne contrôlent pas le programme, nous qualifions ce dernier de « non libre », ou « privateur ». Ce programme non libre contrôle les utilisateurs et son développeur le contrôle. Le programme devient donc l'instrument d'un pouvoir injuste.

Les quatre libertés essentielles

Un programme est un logiciel libre si vous, en tant qu'utilisateur de ce programme, avez les quatre libertés essentielles :

  • la liberté d'exécuter le programme comme vous voulez, pour n'importe quel usage (liberté 0) ;
  • la liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1) ; l'accès au code source est une condition nécessaire ;
  • la liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2) ;
  • la liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3) ; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l'accès au code source est une condition nécessaire.

Un programme est un logiciel libre s'il donne toutes ces libertés aux utilisateurs de manière adéquate. Dans le cas contraire, il est non libre. Bien que nous puissions faire une distinction entre différents schémas de distribution non libres, en quantifiant ce qui leur manque pour être libres, nous les considérons tous comme équivalents dans leur manque d'éthique.

Dans chacun des scénarios, ces libertés doivent s'appliquer quel que soit le code que nous envisageons d'utiliser ou de pousser d'autres personnes à utiliser. Prenez par exemple un programme A qui lance automatiquement un programme B afin de gérer certaines situations. Si nous souhaitons distribuer A tel quel, cela implique que les utilisateurs auront besoin de B ; il nous appartient donc de juger si A et B sont tous deux libres. Cependant, si nous projetons de modifier A de telle sorte qu'il n'utilise pas B, alors seul A doit être libre ; B n'est pas pertinent dans ce cas.

« Logiciel libre » ne signifie pas « non commercial ». Un logiciel libre doit permettre l'usage commercial, le développement commercial et la distribution commerciale. Le développement commercial de logiciel libre n'est plus l'exception ; de tels logiciels libres commerciaux sont très importants. Vous pouvez avoir payé pour obtenir une copie d'un logiciel libre ou vous pouvez l'avoir obtenu gratuitement. Mais quelle que soit la manière dont vous vous l'êtes procuré, vous avez toujours la liberté de copier et de modifier le logiciel et même d'en vendre des copies.

Open Source ?

Un autre groupe utilise le terme « open source » pour exprimer quelque chose de proche, mais pas identique au « logiciel libre ». Nous préférons le terme « logiciel libre ». En effet, une fois qu'on a compris que ce terme se rapporte à la liberté plutôt qu'au prix, il appelle la notion de liberté. Le mot « open » ne renvoie jamais à la liberté.


Comparaison aux logiciels privateurs

Ainsi, un logiciel libre correspond à un logiciel dont ses utilisateurs possède la liberté d'exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer ce logiciel contrairement au logiciel privateur dont le code n'est connu que de l'entreprise qui le “distribue” ou le vend. Ces logiciels dit “privateurs” soulèvent beaucoup de problèmes, nottament leur licence et leur impossibilité d'être étudié.

Ainsi lorsque vous achetez un logiciel privateur tel Photoshop ou autre, vous payez en réalité une licence à durée déterminée qui vous donne le droit d'utiliser ce logiciel seulement le temps de cette licence. Vous aurez beau avoir payé ce logiciel pendant une une dizaine d'année, en aucun cas il ne vous appartiendra à l'issue de ce contrat.

De plus, le code source étant connu de l'entreprise exploitante seule, vous n'avez aucun moyen de savoir ce que fait réellement tel ou tel logiciel et ce qu'il ne fait pas. Des failles potentielles peuvent être exploité sans qu'un entité autre que l'entreprise exploitant le sache. Une entreprise peut même utiliser son logiciel pour tracer volontairement les machines de ses utilisateurs (ne citons pas les logiciels M$…) et en extraire des informations. Un logiciel privateur constitue donc un important problème en terme de sécurité et de vie privée par rapport à un logiciel libre.

Définition du logiciel libre : Free Software Foundation

wiki/pourquoi-le-libre.txt · Dernière modification: 2018/03/29 14:02 par albakham